01 juin 2013

22/11/63 - Stephen King

22_11_63Note 10/10

Un gros coup de cœur pour ce dernier Stephen King !!!

Quand on associe uchronie et voyage dans le temps, je ne peux qu'aimer !!! et c'est ce qu'a fait Stephen King dans son dernier opus en donnant à son personnage principal, Jake Epping, prof d'anglais à Lisbon Falls la possibilité de voyager en 1958.

Jake est presque le seul ami de Al Tempeton, propriétaire d'un Fast-food installé dans une caravane en alu, comme on les faisait dans les année 50. Personne dans le coin ne mange  chez Al, tous pensent qu'à cause de ses prix si bas, on n'y mange du chat ou du chien...
Mais Al, est très malade, il est atteint d'un cancer en phase plus que terminale. Il confie à Jake ses dernières volontés, elles sont quelques peu étranges : En effet, Al confie qu'il semblerait qu'il y ait une fissure dans le temps juste dans la réserve de la caravane de son restaurant, au beau milieu des boites de conserves et autres jus de fruits.

Le vœux le plus cher d'Al serait que Jake passe par ce passage, qu'il appelle le terrier, et passe quelques minutes dans le passé, le 9 septembre 1958 et qu'il revienne.
C'est ce que va faire Jake, pour voir, il va se retrouver de l'autre coté, après être descendu quelques marches, là où il y a une sombre atmosphère, l'air pue, la filature qui, depuis fort longtemps n'est plus en activité et bien là, sous ses yeux, fumante et dégage cette fumée malodorante... le 9 septembre 1958.

Quand Jake revient, après quelque minutes en 1958, Al lui explique qu'à chaque voyage il arrive toujours à la même heure, toujours de même jour de la même année et qu'à chaque voyage c'est toujours la première fois pour les gens de 1958... Dans ces dernières explications, Al retrace ce qu'il y a fait pendant tout le temps passé dans ce passé et surtout son but était de sauver John Fitzgerald Kennedy, et d’arrêter les autres meurtres qui allaient arriver. Al avait commencé à tester ce qu'il pouvait faire et il a sauvé une jeune fille d'une vie de handicap. Mais Al veut absolument mettre en garde Jake d'un point très compliqué qu'il va rencontrer dans la passé : tout ce qui a été fait pendant le voyage précédent est effacé, tout est à refaire !!! Une fois revenu en 2011 tous les compteurs se remettent à zéro...
Une autre point qui va s'avérer compliqué pour Jake, c'est qu'il va devoir attendre 5 ans, en effet en arrivant le  9 septembre 1958, JFK ne sera pas assassiné par Oswald que le 22 novembre 1963...
Pendant tout ce temps, Jake va vivre une autre vie dans ce passé, 5 ans c'est long et il ne peut pas ne rien faire, alors il va se rapprocher de Dallas et malgré les notes bien complètes que lui a laissé Al, Jake va espionner les fais et gestes d'Oswald pour être prêt le jour J.

Il y a deux ans, quand je me suis plongée dans « Dôme » qui était mon premier King, l'auteur m'a fait entrer dans son histoire et dans son monde en quelques lignes. J'avais une certaine "appréhension", mais dès les premiers mots, je me suis dit que cet auteur était fait pour moi. Ici, il s'est passé la même chose. Je me suis plongée dans ces 900 pages avec bonheur et j'en ressort tout autant enthousiaste. Dès que j'ai vu ce livre en librairie, je n'ai pas pu faire autrement que de l'acheter et de me plonger dedans. C'est irrésistible, je devais connaître cette fabuleuse version de notre histoire à la sauce Stephen King !!!  
Tout au long de ma lecture, je ne pouvais pas lâcher ce livre, c'est ce que j'aime chez Stephen King, il a ce don. Je devais aller toujours plus loin, chapitre après chapitre...

J'aime beaucoup l'idée que Stephen King laisse parler son héros et qu'arriver à un moment, il lui laisse la main, en effet, c'est Jake qui endosse le nom de George Anderson en 1958 commence à écrire.  Stephen King nous explique vers les pages 320, que c'est George/Jake qui écrit ce livre, ce que nous sommes en train de lire et cette idée persistera jusqu'à la fin du livre...

Ici Stephen King nous confronte à l'effet papillon et fait évoluer son personnage dans cette idée que tout peut être défait et qu'il peut retourner dans son présent pour tout effacer, mais qu'il n'en est rien en fait, puisque même s'il remet les pendules à zéro il reste tout de même des traces et qu'irrémédiablement tout change tout de même. Stephen King confronte aussi son personnage à la douleur de l'amour et aux choix impossibles à prendre, à la folie qui n'a pas sa place ici, car il faut rester lucide...

Mon seul regret dans ce livre, c'est que toute la partie dans laquelle Jake revient dans son époque, après avoir accomplit sa mission, l'auteur n'a pas plus développé ce qu'il s'était réellement passé, je m'explique : j'ai trouvé que Stephen King était passé trop rapidement sur toutes les conséquences de cet effet papillon et j'aurais bien aimé quelques pages de plus sur tous ces chapitres, peut-être contre quelques unes qui font traîner en longueur par moment...

4ème de couv : Jake Epping est un enseignant d'anglais à Lisbon Falls, dans le Maine, qui se fait un revenu complémentaire en enseignant aux adultes dans le programme GED. Il reçoit un essai de l'un des étudiants : une histoire macabre, déchirante, au sujet d'une nuit il y a 50 ans quand le père d'Harry Dunning est arrivé à la maison, a tué sa mère, sa soeur et son frère avec un marteau. Harry s'en est sortit avec une jambe mal en point, comme le prouve sa démarche actuelle.
Un peu plus tard, Al, l'ami de Jake, lui raconte un secret : sa boutique est un portail vers 1958. Il enrole Jake dans une folle mission afin d'empêcher le meurtre de John Kennedy. Ainsi sa nouvelle vie en tant que Jakes George Amberson, son nouveau monde d'Elvis et JFK, un monde de grosses voitures américaines, d'un solitaire en difficulté nommé Lee Harvey Oswald et d'une bibliothécaire prénommée Sadie Dunhill, qui devient l'amour de Jake et qui transgresse les règles normales du temps.

Lecture commune organisée par Randall83330 avec :  Lycandra - Ollie - Axel - Kincaid40 - Piplo - Imagln - Stelphique - Aidoku - Vermicélia - Melane

Posté par tousleslivres à 07:50 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur 22/11/63 - Stephen King

    Je suis un peu moins enthousiaste que toi. J'ai adoré les 300 premières pages et les 300 dernières. Mais entre les deux je me suis un peu ennuyée...

    Posté par vepug, 01 juin 2013 à 17:05
  • Une déception

    Comme Vepug, j'ai trouvé ça bien long pour au final pas grand-chose, dans le sens où l'assassinat de Kennedy en lui-même n'intervient qu'à la fin et sur quelques pages. Je pense avoir été assez insensible à cette chronique des années 60 aux Etats-Unis, même si King est un de mes auteurs préférés.

    Posté par Kahlan/ImagIn, 03 juin 2013 à 08:23
  • coucou

    C'est drole je passais justement hier sur ton blog pour lire ta chronique mais trop fatiguée pour laisser un petit comm...Et je t'ai vu ajh laisser une trace sur le mien...Contente de te retrouver encore sur une LC, et celle ci valait vraiment le coup!!!Stephen king a encore frappé fort!!!J'ai bien aimé par contre j'ai vraiment senti ce tome volumineux....

    Posté par Stelphique, 03 juin 2013 à 22:25
  • Comme je le disais, il aurait été intéressant que S.King passe plus de temps sur les conséquences de la mort ou pas de Oswald et de JFK... l'uchronie n'est pas totalement développée ici.
    De plus, vu la grosseur de ce tome, il aurait été bien d'en faire deux, mais pour nos fiances, c'était pas un bon plan

    Posté par Flo-Tousleslivre, 04 juin 2013 à 07:57
  • J'ai achetée ce livre au Salon du livre, ce sera mon premier Stephen King et j'ai peur !!! Ma maman à testée et à abandonnée. Dommage que l'assassinat de Kenedy n'ai pas une part plus grande, mais n'ayant jamais testée d'uchronie je vais me lancer =)

    Posté par topobiblioteca, 22 juin 2013 à 10:02
  • J'ai pris beaucoup de plaisir aussi à cette lecture. J'étais ravie de le retrouver dans du fantastique!!!

    Posté par piplo, 15 juillet 2013 à 11:36
  • belle critique, j'ai adoré ce livre mais je n'ai pas encore fait de critique car il y en a eu beaucoup sur babelio et je voudrais essayer de ne pas parodier... pour l'instant je n'ai noté que les citations qui m'ont plu...

    Posté par Eve-Yeshe, 26 août 2013 à 15:27
Poster un commentaire